Home » Sur BBIG

LA PASSION DES LUNETTES POUR ENFANTS

LES ENFANTS ONT DROIT À LEUR PROPRE STYLE..

À propos du fondateur de BBIG

« Après mes études d’opticien-optométriste, j’ai repris la boutique de mon père. C’était en 1996. Ma première initiative fut de refaçonner la boutique à mon image. Mon père collaborait avec une bonne trentaine de marques, et cela ne m’intéressait pas. Je voulais proposer un petit nombre de marques vraiment exclusives. C’est pourquoi j’ai choisi de ne pas reprendre les marques branchées telles que Gucci ou Rodenstock, et de miser sur des marques aux designs inédits.

Rob Bresser, concepteur, fondateur et propriétaire de BBIG

Comment tout a commencé

Lorsque j’ai fait ce choix, j’ai par la même occasion choisi de m’adresser à une clientèle plus restreinte. Une clientèle parmi laquelle se trouvaient des parents dont les enfants avaient besoin de lunettes. De belles lunettes – pas des modèles basiques ou griffés Walt Disney. Des lunettes pour enfants élégantes, avec un petit côté adulte. À l’époque, cela n’existait pas encore. Et puis, un jour, j’ai rencontré un fabricant français à l’occasion d’un salon organisé à Paris. Il n’avait pas ce que je recherchais, mais mon histoire lui a plu, et il m’a proposé de créer une série de quelques exemplaires à un prix attractif. « Dites-moi ce qu’il vous faut exactement. » Je me suis donc lancé. J’ai commandé un premier modèle en trois tailles et cinq à six couleurs. Trente pièces au total. C’était en octobre 1999, et en janvier de l’année suivante, je recevais mes montures. J’ai ensuite recontacté tous les clients qui m’avaient un jour demandé des lunettes pour enfants et j’en ai parlé aux clients qui me semblaient susceptibles d’être parents. À peine un mois plus tard, je rappelais mon collaborateur français pour lui recommander ce modèle et lui demander d’en fabriquer six nouveaux, que j’avais imaginés entre-temps. Il m’a littéralement ri au nez : « Vous ne les vendrez jamais. Vous gaspillez votre argent pour rien. » Je lui ai donc répondu : « Vous n’avez qu’à me les faire au même prix que la première série, comme ça vous gagnerez quand même quelque chose tout en vous amusant avec mes modèles. »

La naissance de BBIG

J’ai commencé à recevoir de nombreux appels d’autres opticiens. « Il paraît que tu as de super montures pour enfants. Je peux t’en acheter ? » Ce n’était évidemment pas possible, mais, après avoir reçu vingt-cinq appels similaires, je me suis mis à réfléchir. En août 2000, j’ai décidé de commander du stock et de charger quelqu’un de faire le tour des boutiques d’optique pour proposer mes montures. Je me suis alors dit que collaborer avec quinze à vingt points de vente avant la fin de l’année serait déjà bien. Au final, mes produits ont intéressé trente-cinq collègues. En 2002, mes montures étaient devenues tellement populaires que j’ai dû choisir entre BBIG et ma boutique. Je n’ai pas hésité longtemps. »